En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Les travaux 04-2007
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml

Vers les archives <<<<<<<<<<<<<<<

En avril ne te découvre pas d’un fil, nous rappelle la sagesse populaire. Cela est d’autant plus vrai pour l’apiculteur et ses abeilles. Avril mois des hésitations, de changements soudains du climat ou l’apiculteur se pose toujours la même question : suis-je trop tôt ou trop tard ? Quand dois-je  introduire les cadres de cire gaufrée, poser les hausses…. Une multitude d’interrogations qu’il faudra résoudre…
Le début du mois de mars fut dans l’ensemble propice à nos abeilles, les gelées matinales et le mauvais temps  de fin de mois ont freiné le développement de la végétation. Nous avions pratiquement trois semaines d’avance sur l’évolution normale de la nature. Des périodes de mauvais temps sont toujours possibles, et les besoins des ruches sont en augmentant. Pour  pérenniser la vie des ruches il est impératif de suivre  les réserves de nourriture et ne pas hésiter à leur donner un complément si nécessaire. 

 Pollen_sur_bourgeon1.jpg

colza_avril.jpg

Pour réussir en apiculture et avoir le minimum de déboires, la première des choses est de suivre le rythme biologique  de l’abeille, chose qui n’est pas toujours aisé. Ce rythme est conditionné en grande partie par les conditions atmosphériques, les apports de pollens, de nectars, mais peu aussi différer d’une race à l’autre.
Si nous ne pouvons avoir d’influence sur  la nature afin d’avoir une bonne année apicole,  nous pouvons au contraire par la conduite de nos ruchers influencer leur production et leur dynamisme. Pour cela  l’apiculteur doit connaître la flore qui environne son rucher, connaître les dates approximatives de floraison des fleurs qui sont susceptibles de fournir une bonne miellée et conduire ses ruches en  conséquence. Pendant une grande partie de l’année, les abeilles  vivent uniquement sur les réserves qu’elles ont emmagasinées ou sur les provisions apportées par l’apiculteur. Pendant une période relativement courte les colonies récoltent plus que leurs consommations journalières. Les miellées sont généralement de courte durée  cependant il faut un maximum d’abeilles pendant ces périodes. Les abeilles nées trop tôt ou trop tard par rapport à la miellée principale, sont pour l’apiculteur un mauvais placement. Seules les ruches  bien garnies en abeilles sauront tirer profit de cette manne. Les colonies  faibles développeront du couvain et n’auront emmagasiné que peu de provisions ; elles seront enclin à essaimer un peu plus tard et seront donc à surveiller.


Date de création : 04/04/2007 11:25
Dernière modification : 03/01/2009 15:31
Catégorie : -
Page lue 1281 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Bascules R.E.Vauban
Les archives
Visites

 339048 visiteurs

 15 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Les travaux 04-2007
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 75 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
41 Abonnés